Essai moto : Yamaha MT09 2014

Brutale. Sensationnelle. Déraisonnable. Le roadster de Yamaha apparu au catalogue en 2013, la MT09, reste aujourd’hui une référence en matière de déconnade.  Sa force lui vient d’un moteur digne de faire hurler de plaisir un muet. Si si, pour de vrai.

La marque nippone a jeté un pavé dans la mare du marché moto. Et pas un petit truc. La version standard se place plus que bien dans les ventes de moto de ces dernières années, suivis de près par sa version plus orientée trail sportif : La MT09 Tracer. Ou Tracer 900. Ou FZ-09 Tracer. Sérieusement Yamaha, décidez-vous.

Différente mais pas dégolasse

La MT09 est un ORNI (Objet Rapide Non Identifié). Elle casse les codes de l’esthétisme standard en se démarquant par un faciès particulier. Horrible pour certain, plutôt réussie pour d’autres, moi je la trouve plutôt sympa. Surtout dans sa finition Street Rally (avec une bulle et des protèges-mains, une selle droite et un coloris particulier).

Faute de moyens matériel, je vais te présenter une autre version : La Sport Tracker. Cette finition va chercher ses origines directement dans les machines de Dirt Track. Aluminium brossé et plaques numérotées. Pour ton plus grand plaisir.

Enfin presque, en réalité c’est une MT09 Orange à laquelle j’ai ajouté un kit Sport Tracker et un réservoir gris, faute de moyens je te dis !

L’illusion est presque parfaite !

La prise en main de cette moto n’est, comme son esthétisme, pas commune. À mi-chemin entre un roadster et un super motard, on s’y retrouve le buste droit avec les jambes plutôt en arrière et bien pliées. La position est au final assez naturelle, on s’y sent à l’aise au bout d’à peine quelques kilomètres. Son poids plume y est aussi pour quelque chose : aux alentours de 190 kg en ordre de marche. À l’attaque, sur des routes de montagnes, le choix hybride pris par Yamaha prend tout son sens. Elle se balance plus vite que son ombre et procure un MAXIMUM de fun au pilote. Bordel qu’est-ce que c’est bon !

J’ai vu que pas mal de personnes ont de suite changé les suspensions en insultant celles d’origines. Je ne les trouve pas si mal, elles font largement le taf pour moi. Peut-être qu’une utilisation sur piste les mettrait en défaut, mais sur route je n’ai pas grand-chose à leur reprocher si ce n’est un tout petit effet d’accordéon après un gros choc.

A savoir qu’avec les versions Street Rally et Sport Tracker, la moto vient accompagnée d’une selle droite un peu plus haute qui change la position, la rapprochant encore un peu plus d’un SM. Dans l’ensemble la moto est fine et pas très haute. Elle est plutôt accessible, du haut de mon 1m73 je pose les deux pieds à plat sans souci.

Est-ce que la moto est confortable ? Pour les petits trajets, elle s’en tire vraiment bien. On peut enquiller 70 à 100 km sans mettre à mal son postérieur. Par contre, dépassés les 100 km, même avec des pauses régulières, attends-toi à redouter la prochaine fois où tu vas t’asseoir.

Les commandes tombent sous la main et le poste de pilotage est plaisant et original avec son côté asymétrique. Le compteur, bien que de petite taille, est complet : trips, consommation moyenne / instantanée, température, rapport engagé et j’en passe. Le tout reste, malgré ça, relativement facile à lire.

Le freinage est totalement inégal. Autant l’avant ne manque pas de mordant et de feeling, autant l’arrière… Il y a un frein à l’arrière ? À côté de cela on a une boite plutôt agréable, douce avec un embrayage qui ne demande pas d’avoir un bras de bodybuilder.

Le duo est envisageable, le confort n’est pas vraiment au rendez-vous surtout sur les selles droites des finitions citées précédemment : le sac de sable glisse sur l’avant. Toi et moi on sait ce que ça veut dire pour ton appareil génital. Pourtant la moto continue de réagir sainement à deux, on se retrouve même à attaquer en duo sans avoir à forcer. Peut-être pour écourter la ballade et allonger la durée de vie de ton entre-jambe.

Petite anecdote, de toutes les motos que j’ai eues, la MT09 est la moto préférée de ma passagère parmi les dix que j’ai possédées. Pas pour son confort relatif, non, mais pour les sensations qu’elle lui apportait.

Coup de pied dans le fondement

Oui, le moteur de la MT09 mérite un gros point à lui tout seul. Deux même. Son nom, CrossPlane 3 (CP3), fait frissonner n’importe qui l’ayant essayé. C’est un moteur qui te file la banane à chaque accélération, mieux, le bananier si tu vois ce que je veux dire !

Il est plein de couple à tous les régimes. Plein à craquer. Il reprend n’importe quand en t’allongeant les bras sans te secouer, une souplesse exemplaire ! Là tu te dis, Stephane t’abuses. Non vraiment, c’est un truc de fou.

Le CP3 dispose de 3 cartographies moteur : A, B, et Standard. Le mode B permet de rendre le moteur bien plus docile, pas totalement déconnant sur route humide. Le standard est comme son nom l’indique, le mode par défaut de la moto : le juste milieu.

Et enfin, le A. A pour « Ah quand même ». Dans ce mode, le moteur est déchainé, il essaiera de t’éjecter de la moto en la cabrant sur les 3 premiers rapports juste avec un coup de gaz.

Tentative de tout-terrain, 2h pour la nettoyer ensuite

Maintenant que tu sais ce que je pense du moteur, tu fais le lien avec la version Sport Tracker, non ? Les dirt tracks roulent dans la boue, la version Sport Tracker de la MT en est-elle capable ? Absolument pas. Le moteur, même en mode B, va tenter de te mettre à terre. La finition n’est qu’esthétique !

Mon avis

Cette moto fait partie de la catégorie « je te fais souffrir autant que je t’apporte de plaisir ». C’est la moto que je regrette le plus d’avoir vendu, pour autant je ne suis pas sûr que je ne finisse pas par la revendre si j’en reprenais une.

Je m’explique : Niveau sensation la moto est au sommet de l’échelle du fun. La moto est géniale en tant qu’instrument de plaisir. En plus de ça elle ne coûte pas très cher à l’achat, ni à l’entretien (le réglage des soupapes est à faire tous les 40 000 km !). Et elle consomme que dalle, on tourne autour des 5 litres pour 100 km.

Par contre, son confort est relatif du moment qu’on décide de partir loin, et problématique quand on veut partir plus loin encore. En duo, pour le pilote les effets sont multipliés. C’est d’ailleurs pour cela que je l’ai vendue !

Et aussi, c’est un gouffre à pneu. Je l’ai achetée avec un train de pneu neuf (certes des pneus sportifs, des Pirelli SuperCorsa). Ils m’ont tenu 3 jours et 800 km. N’espère pas trop dépasser les 3000/4000 km avec des pneus Sport GT non plus, même si tu n’es pas un excité de la torsion du poignet droit.

La moto a dépassé les 35 000 km sans gros soucis mis à part une fois où elle a décidé de vomir tout son liquide de refroidissement par la durite d’évacuation.

Stephane


Malgré ses points noirs, elle restera une moto mémorable dans mon histoire !

La bête en quelques chiffres

Puissance max115 étalons à 10000 tr/mn
Couple max8.9 mkg à 8500 tr/mn
Architecture moteur3 cylindres
Contenance réservoir
14 L
Poids191 kg prête à rouler
Hauteur de selle815 mm

Hey ! Si l’article t’a plu n’hésite pas à me suivre sur ma page Facebook pour être tenu informé des nouveaux articles ! J’y poste aussi des photos pendant les essais, des sondages et des news moto qui me paraissent intéressantes ! Tu peux aussi me suivre sur Youtube (Ouais je fais même des vidéos !), Instagram, et je crois que c’est tout ! Allez viens, on est bien !

Publicités

2 commentaires sur “Essai moto : Yamaha MT09 2014

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer